Nos amis les Pages Jaunes viennent d’ajouter un nouveau chapitre à la liste de leurs déboires financiers. Hier, lorsqu’ils ont annoncé les revenus du dernier trimestre, leurs actions ont chuté de 33% puis ont continué de chuter jusqu’à près de 50%. L’action des Pages Jaunes se vend désormais… 99 ¢ !

La compagnie, qui s’est imposée comme le maître incontesté de l’annuaire papier a beaucoup de difficulté à s’adapter au marché actuel. De nombreuses études démontrent l’évidence même : Internet est beaucoup plus pratique et rapide pour trouver ce qu’on cherche que les Pages Jaunes.

Depuis l’année passée, le Groupe Pages Jaunes essaie de s’adapter en offrant sa solution 360, c’est-à-dire de la pub mobile, print, un soupçon de SEO et un « site Web ». Évidemment, un tel cocktail ne peut être qu’un fiasco: rien n’est personnalité et on a l’impression d’acheter du vent. Plusieurs arguent que les Pages Jaunes, en promettant des résultats inatteignables, salissent la réputation du domaine du marketing Web. Nous sommes de cet avis.

Désolé mais aujourd’hui, les Pages Jaunes sont plus pratiques pour allumer un feu que pour trouver un service local. Et, heureusement, les investisseurs commencent à s’en rendre compte !

Posté le 05/08/2011

À propos de l'auteur

gbeliveau

<p>Vice-président d’Index Web Marketing, Guillaume a étudié en communication. Sa spécialité est la publicité en ligne. Guillaume fait preuve de sens critique et s’illustre par sa diplomatie, sa bonne humeur et sa consommation abusive de café.</p>